“Les Carolos méritent bien une ville plus verte et plus humaine avec des emplois de qualité.”

Voilà ce qu’on n’a eu de cesse de répéter pendant la campagne.

Le 14 octobre le résultat des urnes a débouché sur une “vague verte” dans le pays, Les enjeux environnementaux et les combats des écologistes ont été entendus et appréciés par les électeurs wallons et bruxellois. A Charleroi cette vague fut plus calme et nous gardons un résultat similaire à 2012,

Néanmoins la configuration de la politique locale, elle, a été chamboulée : les partis de l’ancienne majorité stagnent ou régressent et le PTB monte.

 

“Après 37 ans d’opposition nous voulions passer des paroles aux actes”

C’est dans ce cadre-là que nous avons été invités à la table des négociations par le Parti Socialiste.

Nous ne voulions pas monter en majorité uniquement pour y être, mais pour défendre un projet de ville qui soit plus vert, plus humain et plus participatif. C’est avec un certain nombre de balises, de mesures que nous sommes arrivés à la table des négociations.

A la suite d’un certain nombre de réunions, nous avons décidé, en concertation avec le partenaire socialiste d’élargir, et d’ouvrir la majorité à C+ pour permettre une coalition encore plus représentative des choix des Carolos.

Après 37 ans d’opposition nous voulions passer des paroles aux actes et nous battre pour le renouveau de notre Ville.

Alors qu’avons-nous pu intégrer dans le projet de Ville ?

 

Notre programme s’articulait en 4 priorités :

  • Première priorité : Ensemble dans chaque quartier pour mieux vivre au quotidien

Nous voulions soutenir la vie associative et citoyenne dans les 55 quartiers de Charleroi, Permettre aux citoyen-ne-s de recréer du lien dans son quartier en soutenant leurs initiatives.

Nous avons pu intégrer plusieurs points présents dans notre programme de 2018.

  1. L’amplification du recours aux budgets participatifs. Trois types de budgets participatifs seront développés : les « petits projets de quartier », les projets de génération (aînés, enfance, jeunes…) et les projets structurants (financés dans le cadre du plan pluriannuel d’investissement).
  2. Permettre l’accès de tou-te-s à une zone verte à 500 mètres de chez soi, après une analyse précise du patrimoine vert de la ville. Ce lieu pourra offrir, en fonction des besoins exprimés par les citoyen-ne-s, des jeux pour les enfants, des bancs, des engins de fitness, un espace réservé aux animaux de compagnie… ; (Nous proposions à 10 minutes à pied plutôt que 500m mais l’idée est préservée.)
  3. Poursuivre la rénovation des voiries sur la base du principe « STOP », à l’instar de ce qui se pratique en Région bruxelloise. Ce principe donne respectivement la priorité aux personnes à mobilité réduite et aux poussettes, aux piéton-ne-s, aux cyclistes, aux transports en commun et, ensuite, aux voitures privées, et aménager en ce sens les voiries déjà rénovées ;
  4. Transformer les anciennes maisons communales annexes (MCA) en maisons des associations dans les différents districts (Lodelinsart, Dampremy, Roux, Jumet, Mont-sur-Marchienne, Gilly, Marchienne-Monceau). Utiliser des locaux disponibles pour créer, dans chacun des quartiers, des espaces de participation, de production, d’échange et d’apprentissage entre les habitant-e-s. Ces espaces pourront prendre des formes différentes suivant les souhaits émis par les citoyen-ne-s des différents quartiers ;
  • Deuxième priorité : En transition vers une ville verte.

Lutter contre le dérèglement climatique est essentiel, pour nous, écologistes et c’est un point fondamental sur lequel nous ne transigeons pas. Les Villes ont un rôle à jouer dans ce domaine et Charleroi ne dérogera pas à la règle, tout en ayant une attention vers les publics les plus défavorisés afin de les accompagner lors de la transition.

  1. Mettre en œuvre les mesures du Plan d’actions en faveur de l’énergie durable et du climat (PAEDC) adopté en 2017 et, si nécessaire, renforcer et accélérer le processus en vue d’atteindre l’objectif d’une ville « zéro carbone » à l’horizon de 2050.
  2. Développer, en partenariat avec des tiers investisseurs citoyens et solidaires, une politique active permettant aux Carolos (ainsi qu’aux locataires sociaux) d’accéder aux technologies vertes « matures » (isolation, photovoltaïque, biomasse, etc.), sur le modèle de COOPEM à Mouscron ou d’Energiris à Bruxelles. Parce que social et environnemental doivent aller de pairs.
  3. Faire de Charleroi une ville “Fossil Free”
  4. Réduire la production de déchets et favoriser le tri pour tendre vers l’objectif d’une ville « zéro déchets », en commençant par les bâtiments communaux qui doivent devenir exemplaires.
  5. Renforcer la place des modes de transport alternatifs à la voiture.
  6. Mettre en place un plan de rénovation des bâtiments publics (et en particulier les bâtiments scolaires en ce compris ceux de l’enseignement artistique) ambitieux en portant une attention particulière à l’efficacité énergétique, aux matériaux sains, à la sécurité routière aux abords, à l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite (PMR) et à l’intégration de la nature dans les espaces de jeu

“Parce que social et environnemental doivent aller de pairs.”

Dans le projet de ville, cette partie (Ville durable) est bien fournie et notre échevin sera en charge de la politique de mobilité et énergétique ainsi que de la transition écologique et il se battra ces six prochaines années pour que le Pays noir passe au vert.

 

  • Troisième priorité : Une administration au service de la population

Le lien entre l’administration communale et les citoyen-ne-s doit être remis à neuf, c’est ce qui est ressorti de nos différentes discussions avec les Carolos, la plupart d’entre eux ne connaissant même pas leur agent de quartier. Transparence administrative, accessibilité, compétence des agents, proximité, confiance dans les actes posés doivent être des principes et des actes au cœur du management communal. C’est ce que nous avons défendu lors des négociations

“Transparence administrative, accessibilité, compétence des agents, proximité, confiance dans les actes posés doivent être des principes et des actes au cœur du management communal.”

  1. Mettre à disposition dans une démarche d’Open-government tous les documents administratifs émis par les instances publiques communales (à l’exception de ceux contenant des données à caractère personnel ou des documents confidentiels) afin que les citoyen·ne·s puissent ensuite utiliser/réutiliser ces données. L’objectif est celui de la transparence démocratique et la participation citoyenne toujours plus importante. La mise à disposition des données publiques se fait sous licence libre pour permettre l’accès à tous et favoriser le partage d’informations.
  2. Renforcer la présence de la police via les agents de quartier, l’information publique et la coordination entre la police et les gardien-ne-s de la paix. Ces dernier-e-s se verraient confier des missions d’observation et de compilation de constatations diverses qui seraient relayées directement à la police et aux services techniques concernés. Comme à Saint-Gilles, cette mesure contribuera à instaurer un lien de proximité entre les citoyen-ne-s et les gardien-ne-s de la paix, revalorisant leur fonction par une présence active sur le terrain. Celle-ci contribuera, en outre, à réduire le sentiment d’insécurité ressenti par la population dans certaines zones du territoire ;
  3. Instaurer, en collaboration avec la Province, un comité d’éthique et de déontologie qui sera destiné non seulement aux élu-e-s et au personnel communal, mais qui pourrait aussi être sollicité par les habitant-e-s, dans le cadre des processus participatifs et de leur relation avec l’Administration et les élu-e-s communaux.
  4. Mener, en concertation avec les organisations syndicales, une politique de recrutement, de formation, de promotion et de nomination, tenant compte des moyens de la Ville et visant notamment à combler les vacances d’emploi dans les fonctions d’encadrement de l’organigramme. Les recrutements seront organisés sur la base des bonnes pratiques notamment présentées par l’Union des villes et communes de Wallonie. Un groupe des partenaires sociaux carolos (GPS carolo) sera institué. On assurera aussi la remise à niveau et on développera la formation des agents de manière à augmenter la qualité des prestations.
  5. Mettre en œuvre le décumul complet pour les membres du Collège
  • Quatrième priorité : Des emplois locaux de qualité accessibles à tou-s-tes.

La Ville de Charleroi et le CPAS sont d’importants employeurs et ils ont donc un rôle à jouer pour offrir des emplois de qualité, accessibles à toutes et à tous. Nous voulions aussi soutenir d’autres formes d’économie : comme l’économie circulaire ou l’économie sociale et solidaire qui est peu délocalisable et qui a d’autres intentions (la réinsertion et/ou l’équité sociale voire des buts écologiques) que la recherche de profit. La mise en place d’un Échevinat de l’emploi et de l’Économie sociale géré par les écologistes va dans ce sens

Une attention particulière était aussi présente pour les PME Carolos lors des négociations.

“Généraliser le recours à la boîte à outils anti-dumping social, ainsi qu’aux clauses sociales, éthiques et environnementales dans les cahiers des charges communaux”

Quelques mesures dans ce domaine :

  1. Créer de nouveaux emplois locaux notamment grâce au projet pilote « territoire zéro chômeur » qui sera développé dans deux quartiers où le taux de chômage est élevé ;
  2. Créer, une Commission consultative du commerce et du tourisme (CCCT) réunissant régulièrement des représentants des commerçant-e-s, des acteurs / actrices de la vie associative, des riverain-e-s et des représentant-e-s politiques. À travers cette CCCT, la Ville favorisera les associations de commerçants en leur offrant une aide logistique dans le cadre des projets divers (déchets, mobilité, partenariat local de prévention…). La CCCT mènera également une réflexion sur la simplification et la cohérence de la fiscalité des activités commerciales dans le but de favoriser le commerce de proximité ;
  3. Soutenir l’économie sociale par des marchés publics réservés aux entreprises d’économie sociale d’insertion et intégrer des clauses sociales spécifiques dans les autres marchés publics afin de permettre aux entreprises de ce secteur de déposer des offres valables.
  4. Généraliser le recours à la boîte à outils anti-dumping social, ainsi qu’aux clauses sociales, éthiques et environnementales dans les cahiers des charges communaux, afin d’encourager le travail digne, de garantir de bonnes conditions de travail, de protéger l’environnement, de réduire l’empreinte écologique de la consommation des services publics, de soutenir les emplois verts et de rendre les marchés publics plus accessibles aux entreprises et aux commerçants locaux.
  5. Poursuivre le développement de l’économie sociale et d’insertion avec le CPAS, la Funoc, la Mirec, les entreprises de Monceau-Fontaines… Dans ce cadre, la Ville contribuera à la rénovation et au redéploiement du pôle de reconversion de Marchienne-au-Pont et soutiendra la transformation d’anciens bâtiments, comme la brasserie des Alliés et le théâtre Varia, en pôle de création d’emplois, notamment dans le secteur culturel ;
  6. La Ville apportera son soutien au projet participatif, porté par un groupe de citoyen-nes, visant à créer le «Carol’Or », monnaie locale complémentaire qui réconcilie finance, environnement et société

Nous avons aussi pensé dans le projet de ville aux questions de genre et avons fait inscrire nos mesures pour faire de Charleroi une ville antisexiste. Parce que l’espace public appartient à tous mais aussi à Toutes les Carolos. Nous allons aussi instaurer des marches exploratoires avec les femmes pour que l’espace public soit aussi pensé pour et par elles. De plus nous allons appliquer la convention d’Istanbul sur la violence à l’égard des femmes, car cette réalité est encore trop présente. Pour être plus au fait des réalités nous voulons aussi analyser les données de statistiques ventilées par sexe, afin de mieux orienter les politiques communales, Enfin il faut aussi sensibiliser les enseignant-e-s et les agents de la Ville, du CPAS et de la police aux stéréotypes de genre et sur les métiers.

D’autres mesures (comme pour tous les points) sont présentes dans le projet de ville mais nous ne pouvons pas toutes les retranscrire ici.

En outre, une attention particulière à l’intégration de la personne porteuse de handicap est de mise. Nous voulons leur rendre accessibles le plus possible les écoles de l’enseignement ordinaire ainsi que consulter systématiquement le Conseil consultatif de la personne handicapée (CCPH) pour les projets de construction et de rénovation de bâtiments publics et/ou d’espaces publics

Enfin nous avons eu une pensée dans le projet de ville au bien-être animal, en instaurant un échevinat sur ce sujet ainsi qu’un conseil consultatif qui traitera de cette matière.

Pour toutes ces raisons (et d’autres encore) les militant-e-s écologistes carolos ont décidé de mettre les mains dans le cambouis et de se battre ces 6 prochaines années dans la majorité avec le PS et C+ pour faire de Charleroi une ville plus verte, plus humaine et plus participative.

“Nous allons instaurer durant ces six années une démarche proactive et participative à destination des citoyen-ne-s”

Cela étant dit nous gardons en tête nos idéaux de bonne gouvernance, de lutte contre le dérèglement climatique et de justice sociale et continuerons à nous battre pour défendre cela.

Au niveau des mandats : Xavier Desgain devient l’Echevin de Mobilité et de la Sécurité routière – des Bâtiments et de l’Energie – de l’Emploi et de l’Economie sociale et de la Transition écologique et Stéphanie Lorent devient la présidente du conseil communal, rôle qui traditionnellement revenait au Bourgmestre mais qui dans une démarche de déconcentration du pouvoir voulue par Ecolo lui revient.

Nous allons instaurer durant ces six années une démarche proactive et participative à destination des citoyen-ne-s, Nous ne voulons pas attendre la campagne pour vous rencontrer et discuter avec vous de ce qu’on met en place.

Les modalités de ces rencontres, moments d’échanges ne sont pas encore fixées mais n’hésitez pas à nous contacter pour vous faire part de remarques, d’idées ou autres,

Nous avons dans cet article essayé d’être le plus complet possible mais le mieux est toujours de venir discuter avec nos militant-e-s et/ou nos élu-e-s.

“Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants.”

Et comme disait Antoine de Saint-Exupéry : “Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants.” alors allons y et battons-nous pour donner à nos enfants et à nos petits enfant un Charleroi plus vert, plus citoyen et plus juste.

Share This